La victoire de Merkel accélère le futur de l’Europe et de l’euro

Par John J. Hardy, Head of FX Strategy chez Saxo Bank

Lundi 23 septembre 2013 — Les élections en Allemagne ont à nouveau été favorables à Angela Merkel, mais laissent cependant l’Europe et l'euro dans un état d'extrême incertitude. La victoire écrasante de Merkel sonne comme un tournant alors que son parti se renforce grâce aux électeurs ayant abandonné le vaisseau du partenaire de coalition, le FDP. Cependant, ce résultat électoral place Merkel dans le besoin de former une coalition peu opportune soit avec le SPD, soit avec les Verts.

Le scénario envisagé prévoit que l'une de ces coalitions serait plus « EU friendly » étant donné que les partis de gauche ont tendance à être plus favorables au projet européen que Merkel. Mais même une « grande coalition » avec le SPD serait vraisemblablement tout sauf grande, car elle comporte le risque que le leadership de l'Allemagne en Europe soit aussi faible que la victoire d'Angela Merkel aux élections a été forte. Dans ce scénario en effet, toutes les décisions relatives à l'UE en Allemagne nécessiteront un exercice délicat pour calculer les effets de la politique intérieure au sein d'une coalition inconfortable.

A partir de là, Angela Merkel va probablement poursuivre l'approche qui lui a apporté un succès relatif jusqu'à présent, faisant de petites concessions ici et là, tel qu’un troisième plan de sauvetage de la Grèce, pour enrayer le risque qu'une crise localisée déclenche une contagion plus large. Ce que nous n’aurons pas, c’est une nouvelle vision globale pour l'Europe. La perpétuelle grande question qui risque de déchirer l’Europe si elle n’est pas traitée: la monnaie unique et une banque centrale unique au sein d'une union multi-souveraine.

L'UE est une maison sans fondations, et une telle maison ne peut subsister éternellement. Une nouvelle coalition dirigée par Angela Merkel ne mettra pas l'Allemagne sur la voie de la consolidation de cette base. L'Allemagne va continuer d’envoyer des réparateurs pour combler les fissures qui apparaissent dans les murs de plâtre alors que la maison continue à être déstabilisée.

La semaine dernière, l'euro a atteint son plus haut niveau depuis le début de cette année par rapport au dollar américain. La Réserve fédérale des Etats-Unis a choqué le monde entier en annonçant qu'elle ne commencerait pas à ralentir le rythme de ses achats d'actifs. Mais notons que, même si la Fed avait ralenti ses achats d'actifs, le bilan de la banque centrale serait encore marqué par un 1 billion de dollars d'expansion rien qu’en 2013.

Pendant ce temps, le bilan de la BCE a observé une diminution d'environ 25% sur la même période. Partant de là, l'euro ne fera que s'affaiblir si Merkel s'engage d’une manière ou d’une autre davantage dans l’UE et donne un rôle plus actif à la BCE, ou si nous voyons un retour du scénario de rupture avec l'UE.

L'Europe risquait déjà la montée des tensions avec ce nouveau gouvernement allemand, une hausse de l'euro aggraverait rapidement ces tensions au sein et en dehors de l'UE, et nous amènerait rapidement au prochain chapitre de l'histoire de cette union peu opportune.

La dernière chose dont l’Europe a besoin, c’est une monnaie forte.

 

A propos de John J. Hardy, Head of FX Strategy chez Saxo Bank

Originaire du Texas, John Hardy est diplômé de l'Université du Texas à Austin avec mention. Au sein de Saxo Bank, il a joué depuis 2002 divers rôles dans la stratégie FX et l’Asset Management. Aujourd'hui, John travaille au bureau londonien de la banque en tant que Directeur de la Stratégie FX.

John bénéficie d’une large audience grâce à sa rubrique quotidienne sur le FX, une rubrique très populaire et largement commentée, reçue par les clients de Saxo Bank, la presse et les traders. Il est régulièrement invité et on lui demande souvent des commentaires sur des chaînes de télévision telles que CNBC, CNBC Arabia et Bloomberg.

Parallèlement à sa rubrique et ses apparitions dans les médias, John écrit régulièrement des commentaires ad-hoc se concentrant sur les principales devises, les politiques des banques centrales, les tendances macro-économiques et autres développements. John Hardy est disponible pour tous commentaires relatifs au Forex et les principales classes d'actifs d'un point de vue macro.

 

A propos de Saxo Bank Belgium

Créée en 1992 par Kim Fournais et Lars Seier Christensen, Saxo Bank (www.saxobank.com) est le spécialiste du trading et des investissements en ligne, permettant à ses clients de gérer leur portefeuille d’actifs financiers via les plates-formes de trading SaxoTrader (version téléchargeable), SaxoWebTrader (version web) et SaxoMobileTrader (version mobile). Banque européenne depuis 2001, Saxo Bank est aujourd’hui la deuxième banque du Danemark et le leader mondial sur le marché du Forex. Saxo Bank compte plus de 120 clients en marque blanche, des milliers d’IB (Introducing Broker) et est fière de compter des centaines de milliers de clients dans plus de 180 pays. Saxo Bank a réalisé, en 2011, 475 M€ de produit net bancaire (83 M€ de résultat net) et exécute en moyenne 20 milliards de dollars de transactions par jour. Saxo Bank, dont le siège social est à Copenhague, emploie actuellement plus de 1000 personnes de 62 pays différents et est notamment implantée au Royaume-Uni, en France, en Suisse, à Singapour, en Espagne, en Australie, au Japon, en Chine, en Italie, à Dubaï, à Prague, aux Pays-Bas, en Russie et en Belgique.

Lancée en octobre 2011, Saxo Bank Belgium est inscrite auprès de la Banque Nationale de Belgique (Boulevard de Berlaimont 14, 1000 Bruxelles, www.bnb.be). Elle permet aux particuliers, banques et courtiers de négocier des devises, des options FX, des Forward FX les CFD sur indices/actions/matières premières, et autres dérivés à travers ses plates-formes de trading en ligne. Les plates-formes de trading sont disponibles directement auprès de Saxo Bank ou par le biais de l'un de ses partenaires internationaux. Saxo Bank Belgium appartient à 100% à la banque d’origine danoise Saxo Bank.

Published with Prezly