Les entreprises belges pourraient économiser jusqu'à 20% sur leurs coûts annuels avec une solution « Big data »

Vendredi 18 octobre 2013 — Bruxelles, le 18 octobre 2013 – De nouvelles enquêtes commanditées par Ricoh Europe montrent les avantages dont pourraient bénéficier les entreprises belges en saisissant l'opportunité des « Big data », en numérisant des documents papier primordiaux pour la prise de décision des responsables. Ceux-ci comprennent parfaitement qu'une valeur ajoutée significative se cache sous les piles de dossiers papier, et 70% d'entre eux conviennent que la numérisation des données pour les libérer de leur statut physique améliorerait la prise de décision. D'ailleurs, 80% des responsables d'entreprises belges sont persuadés que numériser les documents papier leur ferait économiser entre 5 et 20% de leurs coûts annuels, avec 30% pouvant obtenir entre 5 et 10% de retour et 50% économiseraient 20%.

Eric Gryson, CEO de Ricoh Belgium & Luxembourg, précise : « Les chefs d'entreprise ont conscience que les opportunités de croissance liées aux Big data dépassent le numérique et doivent toucher les documents physiques qui contiennent également des perspectives primordiales sur l'entreprise. Avec des chefs d'entreprises sous pression pour prendre les bonnes décisions afin d'éviter la crise à leur entreprise, l'idée que la numérisation et la libération des données physiques amélioreraient la prise de décision forme un consensus. Bien sûr, ces derniers continuent à prévoir que de grands volumes de documents papier encombreront encore leurs bureaux dans le futur. Ce qui est sûr, c'est que nous sommes à présent entrés dans l'ère des Big data et que notre capacité à accéder facilement aux informations, numériques ou physiques, est essentielle à mesure que les organisations accélèrent leur métamorphose numérique et engendrent de la croissance ».

L'enquête révèle que plus de 50% des structures conservent encore entre cinq et dix ans d'informations stockées uniquement sur papier. Cela a des répercussions non seulement sur la prise de décision, mais également sur la productivité et les marges nettes. La plupart des dirigeants (54%) conviennent que trouver les informations dont ils ont besoin dans les dossiers physiques prend trop de temps. Les données fragmentées entre les classeurs, les entrepôts, les caves et les dossiers gardés par les employés ont souvent un coût assez conséquent.

Alors que la préoccupation initiale des initiatives big data était tournée vers les sources de données numériques, les dirigeants reconnaissent de plus en plus qu'une valeur ajoutée très haute réside dans les données informatives sur support physique. Un tiers des dirigeants disent qu'ils auraient pu retenir de la dernière récession qu'il est indispensable d'avoir un meilleur accès aux données de l'historique de la société, et minimiser ainsi les répercussions de la récession actuelle. En conséquence, les répondants ont passé plus de temps à numériser les données de l'historique de la société durant la dernière crise. Les services de RH, des finances et des achats continuent à baser leurs processus de travail sur des supports papier dans la plupart des cas. Souvent des normes dictent d'ailleurs comment les données sur papier, comme celles contenues dans les dossiers médicaux, doivent être conservées. Cela dit, la numérisation des documents papier devient peu à peu une priorité pour les entreprises ainsi que pour d'autres types de structures. Plus d'un tiers des personnes interrogées espèrent avoir complètement numérisé leurs biens dans les trois prochaines années. 

Et Eric Gryson d’ajouter: « La première étape pour la gestion des plus grosses données est la suppression du mystère qui les entoure. Il n'y a qu'un objectif qui compte. Celui de collecter, d'analyser et de trier les informations de haute qualité disponibles, en les utilisant pour offrir un meilleur service aux clients afin de gagner durablement leur fidélité et leur loyauté. La mise à profit les informations commerciales d'une entreprise existait bien avant le boom des big data, il est donc primordial de continuer dans cette direction avec la numérisation. Les tendances et les perspectives significatives provenant des données historiques, par exemple archivées sur papier, peuvent aider à expliquer certains détails et sont essentielles pour le futur des entreprises. La crise économique a mis en exergue l'importance pour une structure d'avoir une vision à 360 degrés de son environnement, une vision tournée à la fois vers le futur, mais aussi vers le passé. Il est par conséquent essentiel que les entreprises récoltent leurs données de première importance afin d'avoir une avance sur leurs concurrents et d'améliorer leur prise de décision dans le futur. »

Pour de plus amples informations concernant les effets du changement technologique, rendez vous sur www.ricoh.be/thoughtleadership. 

 

| A propos de Ricoh |

Ricoh est une entreprise technologique mondiale, spécialisée dans l'équipement d'imagerie bureautique, les solutions d'impression de production, les systèmes de gestion documentaire et les services informatiques. Le Groupe Ricoh, qui a son siège à Tokyo, est présent dans plus de 200 pays et régions. Pour l’exercice fiscal clos en mars 2013, le Groupe Ricoh a réalisé un chiffre d’affaires de 1 924 milliards de yens (environ 20 milliards USD).
La plus grande partie des revenus générés par la société provient de produits, solutions et services qui améliorent l'interaction entre les personnes et l'information. Ricoh produit également des appareils photos numériques et des produits industriels spécialisés, maintes fois primés. L'entreprise est réputée pour la qualité de sa technologie, le niveau exceptionnellement élevé de son service à la clientèle et ses initiatives en matière de développement durable.

Sous le slogan imagine. change., Ricoh aide les entreprises à transformer la manière dont elles travaillent et à mobiliser l’imagination collective de leur personnel