Les entreprises européennes pourraient épargner jusqu’à 243 milliards € grâce à la facturation électronique

Lundi 13 mai 2013 — Vilvorde, le 13 mai 2013 – Ricoh Europe encourage vivement les entreprises européennes à passer à la facturation électronique (e-invoicing). En effet, ce passage du papier au digital pour les factures permettrait aux entreprises de réaliser des économies de l’ordre de 243 milliards d’euros et le secteur public jusqu’à 40 milliards d’euros.

 

Les économies de coûts et de temps sont expliquées dans le nouveau rapport publié aujourd’hui par Billentis et sponsorisé par Ricoh.

Malgré le fait que les économies liées à l’e-invoicing soient clairement prouvées, seule une minorité d’entreprises ont jusqu’à présent franchi le pas vers ce nouveau mode de facturation en Europe. On estime que seulement une facture sur cinq sera électronique en 2013. Cela démontre clairement qu’il reste du chemin à parcourir pour atteindre les objectifs de la Commission Européenne qui préconise que la facturation électronique soit prédominante d’ici 2020 pour le secteur privé et 2016 pour le secteur public. Le rapport Billentis identifie un certain nombre de raisons pour lesquelles les entreprises et le secteur public sont encore réticents face à la facturation électronique ; cela va des exigences légales encore floues au fait qu’ils ont des partenaires commerciaux désirant encore et toujours des factures sur papier. Le rapport recommande aux entreprises de définir une stratégie sur trois ans pour implémenter la facturation électronique avec succès pour elles-mêmes, leurs clients et leurs fournisseurs.

« La lenteur du passage à l’e-invoicing montre clairement que les barrières pour son adoption sont encore trop grandes pour les entreprises et le secteur public en Europe », explique Eric Gryson, CEO de Ricoh Belgium & Luxembourg. « Comme le souligne le rapport : l’une des étapes les plus critiques pour une implémentation réussie d’un programme de facturation électronique est d’avoir un objectif et une stratégie claire pour faciliter la migration du papier vers l’électronique. Mais les récentes études montrent que 57% des entreprises européennes ne disposent pas d’une telle stratégie entièrement développée et mise en place pour la gestion de leurs processus documentaires, en ce compris l’e-invoicing2. L’adoption d’une stratégie claire qui relie la facturation électronique aux objectifs de l’entreprise (tels que la réduction des coûts, l’augmentation de la productivité en éliminant les tâches manuelles fastidieuses, une communication vers les clients plus efficace) aidera les organisations à passer avec succès à un nouveau processus de facturation électronique. »

« Mais un changement important comme le fait de passer de la facturation papier à la facturation électronique peut prendre du temps et être compliqué… Tout l’art réside dans la manière de le gérer sans que cela impacte les tâches opérationnelles au quotidien. Les entreprises devraient obtenir des conseils et confier cette tâche à un expert en processus documentaire qui pourrait gérer la transition du papier à la facturation électronique en leur nom, leur permettant donc de se concentrer sur la satisfaction des besoins de leurs clients », explique Eric Gryson.

Pour en savoir plus, téléchargez le rapport, ou calculez les économies que vous pourriez réaliser grâce à la facturation électronique sur http://www.ricoh.be/fr/services-solutions/externalisation-gestion-documentaire/externalisation-processus-documentaire/i-invoicing-calculateur/